Les forêts cinéraires 

forêts cinéraires

Après un décès, en France, vous avez le choix d’être inhumé ou d’être incinéré, c’est une obligation légale, il n’existe pour l’instant pas d’alternative. Avec l’émergence de l’urgence écologique d’une part et la volonté de s’approprier les grands événements de la vie d’autre part, le secteur funéraire a vu naître ces dernières années, des alternatives pour atténuer l’impact écologique des funérailles. Du côté de l’inhumation, il existe aujourd’hui la possibilité de remplacer le cercueil en bois par un cercueil en carton, d’enterrer le cercueil en pleine terre dans un cimetière écologique, ou même de limiter la pollution lors des déplacements avec l’utilisation d’un corbillard électrique. Du côté de la crémation, il existe des urnes biodégradables, ou la possibilité de disperser les cendres en pleine nature, et ainsi ne pas dépenser d’énergie dans la fabrication d’un monument cinéraire. De nombreuses innovations écologiques existent, comme cette pratique qui a vu le jour en Allemagne : la possibilité d’enterrer une urne sous un arbre, dans une forêt cinéraire. 

La naissance de la forêt cinéraire en France

Depuis le 19 mai 2019, une forêt cinéraire a ouvert à Arbas, en Haute Garonne. Elle est à l’initiative d’Élia Conte Douette, experte en développement durable, elle crée Cime’tree, un opérateur funéraire différent, qui permet l’inhumation d’urnes biodégradables sous un arbre dans la forêt de la Fontaine de l’Ours d’Arbas. Les arbres qui accueillent des urnes sont numérotés, pour permettre au défunt (par anticipation) ou à la famille de choisir l’endroit exact où chacun pourra venir se recueillir : en hauteur, près d’un ruisseau, à l’endroit où on entend le mieux les oiseaux, dans cette forêt ce sont les sens qui parlent. Vous pouvez réserver un emplacement pour inhumer une ou plusieurs urnes, qui constituent une concession perpétuelle. 

Les débuts de la forêt cinéraires ont été difficiles, puisque l’état s’était opposé au projet en fin d’année 2019. Après un parcours administratif compliqué, les premiers défunts ont pu commencer à reposer dans la forêt dès mars 2020.

Malheureusement, en novembre de la même année, la sous-préfecture de Saint-Gaudens a décidé de retirer l’autorisation qu’elle avait précédemment accordée. Les dépôts d’urnes cinéraires ont du être interrompus. Elia Conte-Douette continu sa lutte, armée de son cabinet de conseil en développement durable Taoma, elle aide d’autres municipalités à monter des projets de forêts cinéraires.

Pourquoi les forêts cinéraires sont pour l’instant interdites en France ?

Suite au retrait de l’autorisation de faire de la forêt d’Arbas un cimetière cinéraire, Pierre Médevielle, sénateur de Haute-Garonne à demander la raison de ce refus. Le Ministère de la cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales lui a répondu qu’une forêt cinéraire ne peut être mise en place suite à une incompatibilité des prestations avec le droit funéraire en vigueur actuellement. La mise en place de forêt cinéraire revient à faire payer aux familles en deuil des prestations, qui doivent actuellement être gratuite. La dispersion des cendres étant autorisée en forêt et donc pas commercialisable.

Le sujet de la forêt cinéraire est donc pour l’instant en suspend, en espérant que les choses bougent d’ici, des acteurs du funéraires se mobilisent et des collectifs se créent, comme l’association Au-delà des racines, à côté de Strasbourg, qui oeuvre pour préserver les arbres et la forêt tout en offrant un mode de sépulture écologique et un lieu de mémoire intergénérationnelle.

Les avantages écologiques de la forêt cinéraire 

Dans notre article sur la crémation et l’écologie, nous dressions un bilan carbone appliqué à l’inhumation et à la crémation qui expliquait que, d’après une étude, l’inhumation était responsable de  de 10 % d’émissions de CO2 en plus à long terme. La forêt cinéraire est une alternative solide à l’inhumation, qui permet de combler un vide laissé par la crémation : le manque de lieu de recueillement. Ce n’est pas une alternative écologique à la crémation puisqu’elle intervient forcément après une crémation. La véritable avancée écologique engendrée par la forêt cinéraire, c’est le fait de préserver une forêt, qui grâce à la présence des défunts, devient un lieu sacré, donc, impossible à raser. La symbolique militante est très forte.

Une solution pour le deuil périnatal

Pouvoir se recueillir dans un lieu est important pour les personnes qui restent et doivent traverser le deuil. Le recueillement est comme un rendez-vous avec la relation qui nous unissait à l’être aimé. Ce rendez-vous facilite le deuil, et permet, petit à petit, d’accepter l’absence. Mais lorsqu’un foetus meurt, il n’existe pas de lieu ou la famille peut venir se recueillir et rendre hommage à la petite vie partie trop tôt. Dans la forêt cinéraire d’Arbas, il existe un espace arboré dédié aux familles confrontées à ce deuil. Elles peuvent déposer une étiquette avec le prénom du bébé, afin d’avoir un lieu physique ou faire vivre leur relation à leur enfant. C’est d’ailleurs ce qui a motivé Elia Conte Douette à créer la forêt cinéraire : à la suite de la perte d’un petit frère, elle a cherché un lieu de recueillement autre que le cimetière, où elle ne se sentait pas à l’aise. À force de chercher sans trouver, elle a fini par le créer. 

La symbolique de l’arbre

Depuis la nuit des temps, l’arbre inspire, dans toutes les cultures, religions et sagesses anciennes. L’arbre de vie existe aux quatre coins du globe : mystérieux, fort, éternel, protecteur… Il a toutes les qualités pour être symboliquement la dernière demeure de l’être humain. Transformer une forêt en un lieu de repos pour la personne dont la vie se termine, et pourquoi pas comme lieu de cérémonie, c’est rappeler à chaque personne qui viendra s’y recueillir, que l’être humain n’est pas extérieur à cette nature, il en fait partie. 

 

2H
Devis gratuit
Une réponse en 2h
et sans engagement
09.72.20.02.40

Peut-on se faire inhumer avec son animal de compagnie? Ou opter pour le cimetière pour animaux?

D’après un récent sondage (enquête du site Woopets par l’IFOP), 68 % de Français sont favorables à un projet de loi autorisant l’inhumation avec leur animal domestique. Près de la moitié des propriétaires de chiens sont prêts à être enterrés avec leur compagnon. C’est donc une question qui tient à cœur aux amoureux des animaux, si bien que 27 députés ont … Consulter
> Lire la suite

La crémation sans cercueil est-elle autorisée ?

En France, lorsqu’une personne meurt, elle peut soit être inhumée, soit être incinérée. Le déroulement d’une crémation se fait en plusieurs étapes. D’abord, le crématorium procède, si la famille le souhaite, à une petite cérémonie d’hommage, ensuite le cercueil est introduit dans le four crématiste qui est chauffé à une température de 850°C, puis les … Consulter
> Lire la suite

Un récif corallien comme dernière demeure

L’histoire commence dans les années 80. Deux étudiants et colocataires à l’université de Floride, Don Brawley et Todd Barber, sont passionnés de plongée sous-marine. Au fil des plongées, ils observent une nette dégradation des fonds marins. Ils se mettent alors à chercher un moyen de faire revenir la biodiversité dans les fonds marins. L’enjeu est … Consulter
> Lire la suite

Choisir un cercueil

En France, que vous choisissiez d'être inhumé ou incinéré, la réglementation oblige que le corps soit déposé dans un cercueil, c'est "la mise en bière". Il existe une très grande variété de cercueil, qui répondent à une esthétique et un aspect pratique différent. Pour bien choisir, lisez notre article.
> Lire la suite

Les urnes funéraires

Le choix de l'urne funéraire est tout aussi important que le choix du cercueil, ou de la pierre tombale. Après une crémation, le devenir des cendres est soumis à une règlementation. Qu'elles soient destinées à être scellées à une sépulture, à aller en columbarium, être enterrées ou dispersées, les cendres seront contenues dans différents types d'urnes funéraires. Faites un choix avisé.
> Lire la suite

Les forêts cinéraires 

Après un décès, en France, vous avez le choix d’être inhumé ou d’être incinéré, c’est une obligation légale, il n’existe pour l’instant pas d’alternative. Avec l’émergence de l’urgence écologique d’une part et la volonté de s'approprier les grands événements de la vie d’autre part, le secteur funéraire a vu naître ces dernières années, des alternatives pour atténuer l’impact écologique des funérailles.
> Lire la suite

Des fleurs pour la crémation

Le nombre de crémations est en hausse chaque année. Aujourd’hui, il représente environ un tiers des décès. Face à ce changement de moeurs, il est légitime de se poser des questions sur le déroulement de la crémation et sur ce qui diffère de l’enterrement en ce qui concerne les rituels et hommages.
> Lire la suite

Déroulement d’une crémation

Aujourd’hui en France, plus de 33% des décès donnent lieu à une crémation. La crémation, aussi appelée incinération, est l'acte par lequel un corps est réduit en cendre. Comment se déroule la crémation ? Quelles sont les étapes et les démarches à suivre ?
> Lire la suite

La dispersion des cendres en mer

La dispersion des cendres en mer est une pratique de plus en plus courante. Elle est autorisée et encadrée par une loi. Il existe plusieurs méthodes de dispersions que vous pouvez découvrir ici.
> Lire la suite