Un récif corallien comme dernière demeure

cendres récif corallien
Crédit photo : Jimmy Chang, Unsplash

L’histoire commence dans les années 80. Deux étudiants et colocataires à l’université de Floride, Don Brawley et Todd Barber, sont passionnés de plongée sous-marine. Au fil des plongées, ils observent une nette dégradation des fonds marins. Ils se mettent alors à chercher un moyen de faire revenir la biodiversité dans les fonds marins. L’enjeu est de créer un matériau et un système qui reproduit l’environnement marin naturel et permet de soutenir le développement des coraux et des micro-organismes.

C’est ainsi que le concept des boules de récifs est né.

La forme du moule pour créer les boules de récifs est brevetée pour imiter étroitement les formations de récifs naturels. Les matériaux utilisés facilitent la fixation et la croissance de la vie marine grâce à une formule de béton qui amène la teneur en pH de la boule de récif proche de la neutralité.

Quelques années plus tard, en 1997, le beau-père de Don Brawley, émet la volonté d’avoir ses cendres dispersées sur un récif. « Je ne peux rien imaginer de mieux que d’avoir toute cette activité permanente autour de moi après mon départ. Assurez-vous simplement que l’emplacement ait beaucoup de vivaneaux rouges et de mérous.”

Après sa mort, ses cendres furent mélangées au béton qui sert à fabriquer les boules de récifs et fut placé, comme demandé dans ses volontés, dans une zone où nagent des vivaneaux et des mérous.

« Reef Balls @Eternal Reefs » by Thomas Cizauskas is marked with CC BY-NC-ND 2.0.

La Reef balls foundation

Cette histoire a donné naissance à la Reef balls foundation, un organisme à but non-lucratif qui s’est depuis déployé dans plus de 62 pays.

La fondation a mené plus de 6 500 projets et placé plus de 600 000 Reef Balls. L’objectif est d’ajouter plus de 54 milliards de kilogrammes de biomasse aux océans de la terre au cours des 500 prochaines années.

Contribuer au rétablissement de la biodiversité après la mort

C’est un projet d’envergure qui peut être soutenu par les personnes en fin de vie. En remplaçant le coût d’une inhumation par le coût d’une crémation dont les cendres seront mélangées à la construction d’une boule de récif, les défunts financent l’installation d’une boule et installent symboliquement leur dernière demeure dans l’océan. C’est peut-être un fantasme pour beaucoup. Les enterrements en mer avaient déjà lieu dans l’ancienne Egypte, au temps de l’empire romain et chez les Vikings. La symbolique du retour à la mer (à la mère) referme la boucle. Ce n’est en revanche pas une solution écologique, puisqu’avant de devenir cendre, il faut avoir recours à une crémation, qui n’est pas une solution très écologique. Si vous souhaitez en savoir plus sur la crémation et l’écologie, vous pouvez lire notre article dédié à ce sujet.

« Lake Pontchartrain Basin Foundation Reef Balls 04.23.09 109 » by Louisiana Sea Grant is marked with CC BY 2.0.

Cette pratique est-elle autorisée en France ?

Techniquement, elle n’est pas interdite, puisqu’il est possible de disperser ses cendres en mer, en respectant une certaine législation. Cependant, il n’existe pas en France, d’organisme de pompes funèbres ou même d’organisme indépendant qui se soient emparé de l’idée. Il n’est pas possible de créer son propre “reef ball” et de l’installer en mer. Aux état-unis, plusieurs organismes s’occupent de la crémation du corps, et fabriquent une boule de récif avec les cendres. Les familles peuvent choisir entre trois tailles de boules de récifs, pour un prix allant d’environ 3000$ à environ 7000$. Les coordonnées GPS de la boule sont ensuite confiées à la famille pour qu’elle puisse visiter leur défunt… Sous l’eau.

2H
Devis gratuit
Une réponse en 2h
et sans engagement
09.72.20.02.40

Un récif corallien comme dernière demeure

L’histoire commence dans les années 80. Deux étudiants et colocataires à l’université de Floride, Don Brawley et Todd Barber, sont passionnés de plongée sous-marine. Au fil des plongées, ils observent une nette dégradation des fonds marins. Ils se mettent alors à chercher un moyen de faire revenir la biodiversité dans les fonds marins. L’enjeu est … Consulter
> Lire la suite

Choisir un cercueil

En France, que vous choisissiez d'être inhumé ou incinéré, la réglementation oblige que le corps soit déposé dans un cercueil, c'est "la mise en bière". Il existe une très grande variété de cercueil, qui répondent à une esthétique et un aspect pratique différent. Pour bien choisir, lisez notre article.
> Lire la suite

Les urnes funéraires

Le choix de l'urne funéraire est tout aussi important que le choix du cercueil, ou de la pierre tombale. Après une crémation, le devenir des cendres est soumis à une règlementation. Qu'elles soient destinées à être scellées à une sépulture, à aller en columbarium, être enterrées ou dispersées, les cendres seront contenues dans différents types d'urnes funéraires. Faites un choix avisé.
> Lire la suite

Les forêts cinéraires 

Après un décès, en France, vous avez le choix d’être inhumé ou d’être incinéré, c’est une obligation légale, il n’existe pour l’instant pas d’alternative. Avec l’émergence de l’urgence écologique d’une part et la volonté de s'approprier les grands événements de la vie d’autre part, le secteur funéraire a vu naître ces dernières années, des alternatives pour atténuer l’impact écologique des funérailles.
> Lire la suite

La différence de prix entre l’incinération et l’enterrement

En France, après un décès, la loi autorise l’inhumation ou la crémation. Aujourd’hui, 30% des Français optent pour la crémation. Le prix moyen des obsèques s’élève à 3 350 € pour une inhumation et 3 609 € pour une crémation. Comment s’explique cette différence tarifaire ? La crémation est-elle systématiquement moins onéreuse que l’inhumation ?
> Lire la suite

Des fleurs pour la crémation

Le nombre de crémations est en hausse chaque année. Aujourd’hui, il représente environ un tiers des décès. Face à ce changement de moeurs, il est légitime de se poser des questions sur le déroulement de la crémation et sur ce qui diffère de l’enterrement en ce qui concerne les rituels et hommages.
> Lire la suite

Déroulement d’une crémation

Aujourd’hui en France, plus de 33% des décès donnent lieu à une crémation. La crémation, aussi appelée incinération, est l'acte par lequel un corps est réduit en cendre. Comment se déroule la crémation ? Quelles sont les étapes et les démarches à suivre ?
> Lire la suite

La dispersion des cendres en mer

La dispersion des cendres en mer est une pratique de plus en plus courante. Elle est autorisée et encadrée par une loi. Il existe plusieurs méthodes de dispersions que vous pouvez découvrir ici.
> Lire la suite

Le columbarium

Le columbarium est un monument cinéraire où sont déposées dans des cases, les urnes contenant les cendres des défunts. Les pompes funèbres CRIDEL, vous accompagnent dans cette démarche et dans la réalisation de votre projet.
> Lire la suite