2H

Devis gratuit

Une réponse en 2h
et sans engagement

09.72.20.02.40

Enterrement écologique, les innovations du secteur funéraire

Les émissions de gaz à effet de serre provenant de l’activité humaine sont responsables de l’augmentation des températures sur la terre et dans la mer. Chaque geste du quotidien provoque indirectement l’émission de gaz à effet de serres. La lutte contre le réchauffement climatique doit être commune au gouvernement, aux entreprises, mais aussi aux particuliers, chacun devant essayer de comprendre et de calculer l’effet de ses agissements sur la planète.
Lorsqu’une personne meurt, son empreinte écologique n’est pas neutre. D’après une étude menée par la ville de Paris un enterrement émet 833 kilos de CO2. Pour une crémation les ingénieurs ont constaté que la consommation moyenne de gaz par crémation était de 52m³ au crématorium de Champigny-sur-Marne et de 31m³ au Père Lachaise. Les crématoriums sont désormais contraints de s’équiper pour installer des filtres et ainsi diminuer les émissions de gaz.

Pour atténuer le bilan carbone durant un enterrement, il existe de petites solutions comme le cercueil en carton, ou l’urne funéraire biodégradable arbre, des cimetières écologiques ont aussi vu le jour en France, pour limiter les émissions à long terme. Les experts de l’enquête menée à Paris recommandent de diminuer le poids des cercueils et de réduire les quantités de vernis et teintes dont ils sont enduits, aussi, de minimiser les trajets notamment des monuments funéraires importés (le plus souvent de Chine). Mais ces solutions ne sont pas toujours réalisables, et ne constituent pas une solution complète. Au Danemark, les incinérateurs chauffent des écoles et des serres, ils permettent donc d’économiser de l’énergie, mais cette solution pose des problèmes éthiques …

Face à la question de la pollution après la mort, il existe des alternatives, qui ne sont pas encore reconnues en France, mais représentent peut-être le futur de l’enterrement et de la crémation.

L’humusation

L’humusation, aussi appelé compost humain, est une technique qui permet, au bout de 12 mois, de réduire le corps en un compost ultra fertile. Cette technique est depuis peu approuvée par le gouvernement de l’État de Washington, aux États-Unis. Il est en phase d’avancement en Belgique. Vous pouvez en apprendre plus en lisant notre article dédié au sujet de l’humusation.

L’aquamation ou résomation

L’aquamation ou résomation est un procédé physio-chimique d’hydrolyse alcaline, qui était à l’origine utilisé pour éliminer les restes d’animaux dans les abattoirs, ou pour les animaux de compagnie. Récemment, elle a commencé à être utilisé comme alternative à la crémation, dans un souci d’écologie, puisqu’elle rejette jusqu’à trois fois moins de gaz à effet de serre et utilise 1/7 de l’énergie utilisée dans un crématorium. Le corps est plongé dans une solution aqueuse à 93°C, parfois jusqu’à 150-180°C, contenant des agents facilitant la dissolution des chairs, en quelques heures. Par la suite, les os sont broyés. L’usage de l’aquamation à but funéraire, pour l’être humain, s’est développée en Australie, en Amérique du Nord, en Écosse et au Canada mais pas encore en Europe.

La promession

La promession a été développée en 1999 en Suède. Ce procédé consiste à congeler le corps du défunt pendant 10 jours à -18°C. Ensuite, le corps est immergé dans de l’azote liquide à -196°C. Il ne reste alors que le squelette. Placé sur une table vibrante, il se réduit progressivement en poudre inodore. Cette pratique n’émet aucune particule de CO2. La poudre issue du corps de la personne décédée devient biodégradable. Des centres de promession pour ce type de funérailles existent en Suède, en Allemagne, au Royaume-Uni, en Corée du Sud et Afrique du Sud.

La combinaison en champignons

Aux états-Unis, une jeune artiste d’origine coréenne Jae Rhim Lee a inventé une combinaison recouverte stratégiquement de petits champignons, les “champignons infinis”, cultivés pour se nourrir de corps humain ou animal . Le corps doit ainsi être enterré en pleine terre et sera intégralement décomposé. Cette solution 100% écologique a été testée sur une chatte et un homme, son succès a mené à la création de l’entreprise Coeio, qui commercialise désormais la combinaison, pour 1500$.
Découvrez la vidéo de la conférence TED de Jae Rhim Lee.

Capsula mundi

En Italie, Anna Citelli et Raoule Bretzel ont conçu une capsule biodégradable, en forme d’oeuf, dans laquelle on envelopperait le corps du défunt, en position fœtale, avec une graine destinée à faire pousser un arbre. Ce projet s’appuie sur l’idée du retour à la terre et des cycles de la nature. Ces deux créateurs sont aujourd’hui à la recherche d’un pays ou se développer, leur pays natal étant pour l’instant trop restrictif.

Les forêts cinéraires

La forêt cinéraire est une forêt dans laquelle on viendra inhumer des urnes biodégradables aux pieds des arbres, qui deviennent symboliquement la dernière demeure des défunts. C’est donc une alternative aux cimetières mais c’est surtout une avancée écologique militante : la forêt devient un lieu sacré, impossible à raser. Depuis le 19 mai 2019, une forêt cinéraire a ouvert à Arbas, en Haute Garonne. Vous pouvez y réserver un emplacement pour inhumer une ou plusieurs urnes, qui constituent une concession perpétuelle.

 

Un cercueil à base de champignon, pour un retour à la nature 100% écologique

Depuis quelques années, le milieu funéraire voit naître un grand nombre d’innovations dont l’objectif premier est de rendre la mort écologique. La start-up Loop, qui vient des Pays-Bas, a créé le tout premier « cercueil vivant » en mycélium, la base du champignon, qui accélère la décomposition du corps et rend l’inhumation totalement neutre en terme d’impact … Consulter
Lire la suite

Les forêts cinéraires 

Après un décès, en France, vous avez le choix d’être inhumé ou d’être incinéré, c’est une obligation légale, il n’existe pour l’instant pas d’alternative. Avec l’émergence de l’urgence écologique d’une part et la volonté de s'approprier les grands événements de la vie d’autre part, le secteur funéraire a vu naître ces dernières années, des alternatives pour atténuer l’impact écologique des funérailles.
Lire la suite

Qu’est-ce que l’aquamation ?

Aujourd'hui l'écologie est au centre de toutes les préoccupations. Pour palier au réchauffement climatique, l'industrie funéraire teste de nouvelle solution, plus respectueuse de la terre et de ses habitants. L'aquamation, qui est une sorte de crémation par l'eau, propose une alternative intéressante, pour palier au problème de la pollution.
Lire la suite

Peut-on être inhumé dans un cimetière écologique ?

L’heure est à la recherche de solutions pour réduire l’empreinte carbone de chaque individu et de chaque industrie, pour tenter d’enrayer le réchauffement climatique. Le secteur funéraire n’y échappe pas. Découvrez dans cet article les alternatives écologiques déjà en place.
Lire la suite

Le cercueil en carton

Le cercueil en carton, fabriqué à base de cartons recyclés, se présente comme une solution biodégradable pour l'inhumation et la crémation. Découvrez les autres avantages de cet article funéraire en vogue qui répond à une demande croissante d'écologie dans le milieu funéraire.
Lire la suite

Enterrement écologique, les innovations du secteur funéraire

Lorsqu’une personne meurt, son empreinte écologique n’est pas neutre. Depuis plusieurs années, des experts s'intéressent à de nouvelles techniques qui réduisent l'empreinte carbone après la mort. Aquamation, résomation, promession, combinaison champignon ... Découvrez ces nouvelles pratiques qui pourraient devenir le futur du secteur funéraire.
Lire la suite

L’humusation, une alternative écologique à l’enterrement et à la crémation

L'impact écologique de l'enterrement ou de la crémation n'est pas neutre. Face au problème du réchauffement climatique, des chercheurs se sont penchés sur une nouvelle technique d'enterrement que nous vous décrivons dans cette fiche conseil.
Lire la suite

Crémation et écologie

Beaucoup de français choisissent la crémation plutôt que l'inhumation. La première raison invoquée est le coût, la seconde l'envie de ne pas laisser une sépulture à la charge de ses enfants. En troisième position vient l'idée qu'elle serait plus écologique que l'inhumation. Mais l'est-elle réellement ?
Lire la suite

L’urne funéraire arbre

L’urne funéraire arbre, comme son nom l’indique, est une urne funéraire dans laquelle vous pouvez placer les cendres du défunt. Elle contient une graine qui, une fois plantée, pourra donner naissance à un arbre.
Lire la suite