Qu’est-ce que l’aquamation ?

photo article aquamation

© Crédit photo : Élise Saint-Clair

Aujourd’hui l’écologie est au centre de toutes les préoccupations. Comme le prédisaient déjà les scientifiques il y a plusieurs dizaines d’années : la concentration atmosphérique de CO2 a atteint, en novembre 2019, 410 ppm (contre 335 ppm au début des années 1980). La température moyenne mondiale s’est élevée de 1°C, par rapport à l’ère préindustrielle, provoquant des dérèglements dans l’écosystème. Ce qui pourrait mener, à la disparition de l’espèce animale, et par voie de conséquence, de l’espèce humaine.

Il existe de multiples solutions, dans tous les secteurs d’activité, pour opérer un changement. Aujourd’hui en France, le secteur funéraire n’autorise que l’inhumation et la crémation. Ces deux procédés sont coûteux en bois, et rejettent une quantité non négligeable de CO2 dans l’atmosphère. Des alternatives commencent à voir le jour, comme la création de cercueils en cartons, les urnes biodégradables, ou le procédé d’humusation. C’est un enterrement en pleine terre, dans un humus étudié pour dégrader le corps en 12 mois. Certaines startup souhaitent transformer les gens en arbre après leur mort ou encore les enterrer dans un cercueil en champignon, qui accélère la décomposition.

Il y a aussi l’aquamation. Utilisée à l’origine pour décomposer les déchets animaux provenant des abattoirs, ou pour les animaux de compagnies dans certains pays. C’est un processus de décomposition du corps par l’eau qui possède de nombreux avantages.

 

Crédit : capture d’écran vidéo Youtube TomoNews US

 

Comment fonctionne l’aquamation ?

L’aquamation, aussi appelée crémation par l’eau ou encore hydrolyse alcaline, est une pratique qui permet de dissoudre les tissus du corps dans de l’eau.

Voici comment fonctionne le processus d’aquamation :

  1. Préparation : On place le corps du défunt dans une chambre de résomation spéciale, généralement en acier inoxydable.
  2. Alcalinisation : On ajoute une solution d’eau et de potasse à la chambre de résomation. Cette solution alcaline, chauffée à une température élevée et maintenue sous pression, provoque la décomposition accélérée du corps.
  3. Résomation : Le processus de résomation prend généralement quelques heures. Sous l’effet de la chaleur, de la pression et de l’alcalinité, les tissus mous se décomposent complètement, laissant uniquement les os intacts.
  4. Récupération des restes : Après la résomation, on récupère les restes de la chambre de résomation. Les os, qui sont stérilisés et réduits en poudre, sont remis à la famille du défunt comme dans le cas de la crémation traditionnelle.

 

Que fait-on de l’eau après l’opération de dissolution ?

Après l’aquamation, l’eau retourne à l’écosystème par le circuit classique, en passant par une usine de traitement des eaux. Le procédé produit une solution complètement stérile composée d’acides aminés, de sucres, de nutriments, de sels et de savon, dissous dans de l’eau. Ce sont les mêmes composants que l’on retrouve dans la décomposition naturelle. Il n’y a donc aucun risque de contamination des eaux.

 

L’aquamation, une solution écologique

La crémation réclame plusieurs litres de carburant et dégage des particules polluantes, rejetées dans l’atmosphère : 160 kg de CO2. De ce fait, les crématoriums français ont été contraints de s’équiper de filtres à particules, réduisant les émanations. Aussi, certains cimetières réutilisent même les fumées pour chauffer des bâtiments à proximité, c’est le cas du crématorium du Père Lachaise. Malgré ces avancées sur le plan écologique, le bilan carbone du secteur funéraire reste conséquent.

Toutefois, selon le New York Times, l’empreinte carbone de la liquéfaction représente environ un dixième de celle causée par la crémation. L’aquamation utilise moins d’énergie qu’un crématorium, ne dégage aucune fumée et ne nécessite pas la fabrication d’un cercueil. C’est une vraie révolution écologique.

 

L’aquamation, où crémation par l’eau est-elle autorisée en France ?

 En France l’aquamation n’est pas encore autorisée, seule l’enterrement et la crémation le sont. Pour l’instant, l’aquamation funéraire est légalisée dans sept États des États-Unis. Elle l’est aussi en Australie, à Québec, au Canada, et plus récemment, en Grande Bretagne. Début 2022, elle a été utilisée et mise en lumière lors des obsèques de Desmond Tutu, prix Nobel de la paix  en Afrique du Sud. 

 

2H
Devis gratuit
Une réponse en 2h
et sans engagement
09.72.20.02.40

Pourquoi cette startup d’enterrement écologique veut transformer les gens en arbres

Etre utile à l'écologie, laisser un impact positif sur notre planète, en se transfromant en arbre. C'est une belle promesse, rendue possible par une startup du funéraire qui est en train de voir le jour aux Etats-Unis.
> Lire la suite

Le cercueil à base de champignon, un retour à la nature 100% écologique

    Depuis quelques années, le milieu funéraire voit naître un grand nombre d’innovations dont l’objectif premier est de rendre la mort écologique. La start-up Loop, qui vient des Pays-Bas, a créé le tout premier « cercueil vivant » en mycélium, la base du champignon. Ce nouveau cercueil accélère la décomposition du corps et rend l’inhumation totalement … Consulter
> Lire la suite

Les forêts cinéraires 

Après un décès, en France, vous avez le choix d’être inhumé ou d’être incinéré, c’est une obligation légale, il n’existe pour l’instant pas d’alternative. Avec l’émergence de l’urgence écologique d’une part et la volonté de s'approprier les grands événements de la vie d’autre part, le secteur funéraire a vu naître ces dernières années, des alternatives pour atténuer l’impact écologique des funérailles.
> Lire la suite

Qu’est-ce que l’aquamation ?

Aujourd'hui l'écologie est au centre de toutes les préoccupations. Pour palier au réchauffement climatique, l'industrie funéraire teste de nouvelle solution, plus respectueuse de la terre et de ses habitants. L'aquamation, qui est une sorte de crémation par l'eau, propose une alternative intéressante, pour palier au problème de la pollution.
> Lire la suite

Peut-on être inhumé dans un cimetière écologique ?

L’heure est à la recherche de solutions pour réduire l’empreinte carbone de chaque individu et de chaque industrie, pour tenter d’enrayer le réchauffement climatique. Le secteur funéraire n’y échappe pas. Découvrez dans cet article les alternatives écologiques déjà en place.
> Lire la suite

Le cercueil en carton

Le cercueil en carton, fabriqué à base de cartons recyclés, se présente comme une solution biodégradable pour l'inhumation et la crémation. Découvrez les autres avantages de cet article funéraire en vogue qui répond à une demande croissante d'écologie dans le milieu funéraire.
> Lire la suite

Enterrement écologique, les innovations du secteur funéraire

Lorsqu’une personne meurt, son empreinte écologique n’est pas neutre. Depuis plusieurs années, des experts s'intéressent à de nouvelles techniques qui réduisent l'empreinte carbone après la mort. Aquamation, résomation, promession, combinaison champignon ... Découvrez ces nouvelles pratiques qui pourraient devenir le futur du secteur funéraire.
> Lire la suite

L’humusation, une alternative écologique à l’enterrement et à la crémation

L'impact écologique de l'enterrement ou de la crémation n'est pas neutre. Face au problème du réchauffement climatique, des chercheurs se sont penchés sur une nouvelle technique d'enterrement que nous vous décrivons dans cette fiche conseil.
> Lire la suite

La crémation et l’écologie

Beaucoup de français choisissent la crémation plutôt que l'inhumation. La première raison invoquée est le coût, la seconde l'envie de ne pas laisser une sépulture à la charge de ses enfants. En troisième position vient l'idée qu'elle serait plus écologique que l'inhumation. Mais l'est-elle réellement ?
> Lire la suite