2H

Devis gratuit

Une réponse en 2h
et sans engagement

09.72.20.02.40

Crémation et écologie

Crédit photo : Johann Siemens

La crémation est une pratique très répandue en France au point qu’elle talonne celle de l’inhumation. C’est le plus souvent en raison de son coût qu’elle est préférée à l’inhumation. La deuxième raison qui pousse les personnes à souhaiter une crémation est le souci lié à l’écologie. En effet, l’actualité climatique des dernières décennies pousse le commun des mortels à s’alarmer sur le sort de notre planète. Nous vivons une époque où chacun met en place toutes sortes d’initiatives personnelles, pour minimiser son impact écologique au quotidien. Dans cette logique, il est normal de s’interroger sur son empreinte écologique au moment de sa mort et après.

Crémation et écologie

Dans la théorie, la crémation se présente comme une solution écologique, étant donné qu’elle réduit en cendres notre enveloppe corporelle, et qu’ainsi, nous ne laissons rien. Mais est-elle réellement plus avantageuse écologiquement que l’enterrement ?

Durant une crémation, les équipements du crématorium vont brûler le cercueil dans sa totalité et transformer le corps en cendres cinéraires. Le four va chauffer à environ 900° durant 90 minutes par auto-combustion. Le procédé de la crémation provoque des émissions de gaz toxiques : oxydes de soufre, d’azote, monoxyde de carbone, dioxine provoqués par les plombages, les vêtements, et les produits de conservation présents dans le corps du défunt. D’après des études menées sur la crémation au Royaume-Uni, le processus d’incinération dégage 1,35 tonne de mercure par an, dont la quasi-totalité, est émise par rejet dans l’atmosphère. Le corps est incinéré dans un cercueil en bois, ce qui est aussi contraire à une démarche écologique.

Inhumation et écologie

Si l’incinération n’est pas la solution la plus écologique, elle reste devant l’inhumation en matière d’impact écologique, à long terme. Bien que la crémation rejette plus de CO2 dans l’atmosphère – 160 kg contre 39 kg pour l’inhumation – les cimetières ont un impact plus pesant sur l’environnement à cause des stèles, de l’utilisation de pesticides et d’eau pour l’entretien du terrain. En prenant tous ces paramètres en compte, les inhumations sont responsables de 10 % d’émissions en plus, à long terme.

Il existe des solutions pour des funérailles écologiques : les procédés comme la résomation, l’aquamation et l’humusation, émettent beaucoup moins de gaz toxiques. Mais ces pratiques ne sont pas autorisées en France.

Cependant, la France a commencé à prendre des mesures pour essayer de rendre plus écologique la crémation. Un arrêté signé le 28 janvier 2010 oblige les crématoriums à s’équiper de filtres avant le 17 février 2018 et ainsi limiter l’émission des gaz toxiques. Des entreprises du secteur funéraire se penchent aussi sur des solutions plus écologiques, comme des cercueils en cartons, ou des urnes biodégradables

Les pompes funèbres Cridel peuvent vous guider dans l’organisation de crémation à Paris , en Ile de de France, et au Pays Basque, en accord avec vos valeurs. Les conseillers Cridel mettront leur savoir-faire à la disposition de votre famille en proposant tout ce qui est légalement possible de faire.

Les forêts cinéraires 

Après un décès, en France, vous avez le choix d’être inhumé ou d’être incinéré, c’est une obligation légale, il n’existe pour l’instant pas d’alternative. Avec l’émergence de l’urgence écologique d’une part et la volonté de s'approprier les grands événements de la vie d’autre part, le secteur funéraire a vu naître ces dernières années, des alternatives pour atténuer l’impact écologique des funérailles.
Lire la suite

Qu’est-ce que l’aquamation ?

Aujourd'hui l'écologie est au centre de toutes les préoccupations. Pour palier au réchauffement climatique, l'industrie funéraire teste de nouvelle solution, plus respectueuse de la terre et de ses habitants. L'aquamation, qui est une sorte de crémation par l'eau, propose une alternative intéressante, pour palier au problème de la pollution.
Lire la suite

Peut-on être inhumé dans un cimetière écologique ?

L’heure est à la recherche de solutions pour réduire l’empreinte carbone de chaque individu et de chaque industrie, pour tenter d’enrayer le réchauffement climatique. Le secteur funéraire n’y échappe pas. Découvrez dans cet article les alternatives écologiques déjà en place.
Lire la suite

Le cercueil en carton

Le cercueil en carton, fabriqué à base de cartons recyclés, se présente comme une solution biodégradable pour l'inhumation et la crémation. Découvrez les autres avantages de cet article funéraire en vogue qui répond à une demande croissante d'écologie dans le milieu funéraire.
Lire la suite

Enterrement écologique, les innovations du secteur funéraire

Lorsqu’une personne meurt, son empreinte écologique n’est pas neutre. Depuis plusieurs années, des experts s'intéressent à de nouvelles techniques qui réduisent l'empreinte carbone après la mort. Aquamation, résomation, promession, combinaison champignon ... Découvrez ces nouvelles pratiques qui pourraient devenir le futur du secteur funéraire.
Lire la suite

L’humusation, une alternative écologique à l’enterrement et à la crémation

L'impact écologique de l'enterrement ou de la crémation n'est pas neutre. Face au problème du réchauffement climatique, des chercheurs se sont penchés sur une nouvelle technique d'enterrement que nous vous décrivons dans cette fiche conseil.
Lire la suite

Crémation et écologie

Beaucoup de français choisissent la crémation plutôt que l'inhumation. La première raison invoquée est le coût, la seconde l'envie de ne pas laisser une sépulture à la charge de ses enfants. En troisième position vient l'idée qu'elle serait plus écologique que l'inhumation. Mais l'est-elle réellement ?
Lire la suite

L’urne funéraire arbre

L’urne funéraire arbre, comme son nom l’indique, est une urne funéraire dans laquelle vous pouvez placer les cendres du défunt. Elle contient une graine qui, une fois plantée, pourra donner naissance à un arbre.
Lire la suite