Le choix de l’urne funéraire est tout aussi important que le choix du cercueil. Faisant partie intégrante de l’étape des obsèques, les pompes funèbres CRIDEL proposent un large choix d’urnes.

L’urne cinéraire fait l’objet d’une réglementation stricte.

  • L’article R. 2213-38 de la loi relative à la crémation et aux cendres funéraires stipule que « aussitôt après la crémation, les cendres sont pulvérisées et recueillies dans une urne cinéraire munie extérieurement d’une plaque mentionnant l’identité du défunt et le nom du crématorium ».
  • S’ajouteront, les dates de naissance et de mort de la personne décédée et son lieu de crémation.
  • L’urne doit être conçue pour contenir l’ensemble des cendres. Avant la loi de 2011, on pouvait répartir les restes dans différents récipients, urne, reliquaire et bijou cinéraire, c’est désormais prohibé. Effectivement, en reconnaissant un seul et même statut au corps, qu’il soit intact ou incinéré, la loi du 18-12-2008 a mis un terme à cette pratique. Sauf rares dérogations préfectorales, les cendres ne peuvent plus être séparées et conservées dans des lieux différents, par respect pour l’intégrité du disparu.

L’urne en tant qu’objet

L’urne doit être conçue pour accueillir la totalité d’un corps une fois incinéré. Elle doit pouvoir accueillir les cendres de personnes à forte corpulence – 3,5 litres, les urnes standard – 2 litres, et celles pour les tout-petits 0,5 litres.
À l’intérieur de l’urne, il s’y trouve un sac cinéraire ignifugé et poche de transport pour sa protection et sa discrétion. Fermée hermétiquement, l’urne ne possède aucun code précis concernant son esthétisme.
Elle peut être réalisée en plusieurs matières telles que la résine, la céramique, le métal, ou encore le granit, l’argile, papier mâché, cellulose – pour les urnes écologiques nature, ou en sable pour les urnes immersibles.

La destination de l’urne

Elle devra, suivant sa destination être soit biodégradable, soit au contraire non dégradable. Une urne peut être déposée en columbarium, en cavurne dans un monument cinéraire, ou un monument mixte – qui peut accueillir à la fois un cercueil et un emplacement destinée à l’urne. Ainsi, l’urne est apposée « collée » sur un monument funéraire
Elle peut aussi être enterrée ou destinée à la mer, là aussi dans le cadre d’une réglementation particulière.